Le monde de la tech continue de muter à une vitesse folle. D’ores et déjà, quelques grandes tendances de fond semblent se dégager à l’orée de cette année 2021. Elles sont au nombre de quatre : le cloud, la cybersécurité, l’IA et l’éco-conception.

Le Cloud

Il s’agit certainement de l’une des plus grandes évolutions du paysage technologique de ces dernières années. Elle-même est d’ailleurs à l’origine de certaines tendances que nous évoquerons plus loin.

S’il n’est donc pas nouveau, pourquoi le Cloud occupe-t-il toujours le devant de la scène ? Peut-être l’avez-vous déjà deviné : le Covid-19 n’y est pas étranger. De fait, la pandémie mondiale qui a résulté de l’émergence de ce virus a balayé les schémas préétablis. À commencer par ceux des entreprises.

Dans le cadre des confinements successifs comme de la généralisation du télétravail, le Cloud s’est révélé être un atout de choix. Tout au long de l’année 2020, de nouveaux modèles de fonctionnement ont été passés au banc d’essais… Parfois avec succès. Aussi semble-t-il qu’ils soient destinés à s’inscrire dans la durée.

Que la crise perdure ou non, le développement du Cloud au sein des entreprises est donc en marche. Et avec lui, tout un cortège de questions administratives, commerciales et juridiques.

Tandis que le Cloud s’impose comme la nouvelle clé de voûte de leur fonctionnement interne, les entreprises se voient dans l’obligation de revoir leurs infrastructures du sol au plafond.

Pour être rentable et optimal, ce changement implique en effet une compréhension de ce modèle dans sa globalité : de ses vertus à ses contraintes, en passant par les changements qui devront être opérés… Comme de la pédagogie qui devra être menée en ce sens.

La Cybersécurité

Un enjeu de taille. Et pour cause : un travail colossal attend les sociétés qui envisagent le passage au Cloud. En matière de pédagogie, les craintes exprimées autour de la sécurité et de la protection des données ne sont pas négligeables.

Début 2020, Sophos a mandaté une enquête auprès de responsables IT, originaires de 26 pays différents. Les résultats sont sans appel : 96 % des entreprises seraient ainsi préoccupées par la sécurité du Cloud.

De surcroît, la couverture médiatique des cyberattaques intervenant çà et là n’arrange rien. Nul n’est épargné, à un moment où les organisations se sont pourtant trouvées contraintes de recourir au Cloud pour assurer leur survie économique. Le plus souvent, sans avoir pu anticiper ce bouleversement.

Manque de connaissances et usage expérimental de ce schéma accentuent l’inquiétude vis-à-vis des questions de cybersécurité.

D’où l’émergence du fameux “Zero Trust” : un concept fondé sur la vérification systématique des personnes cherchant à se connecter aux systèmes d’une organisation.

L’intelligence artificielle (IA)

Sujette à de vifs débats, l’Intelligence artificielle est peut-être sur le point d’entamer un nouveau chapitre de son évolution. En cause : le regard porté sur celle-ci. Ainsi observe-t-on un regain d’attention sur les questions liées à son usage, mais surtout aux besoins réels auxquels elle serait susceptible de répondre.

Raison et mesure, donc. S’acheminerait-on vers un développement plus responsable de la fameuse “IA” ? Peut-être.

Là encore, au regard des contraintes nouvelles auxquelles les entreprises ont été contraintes de se plier, l’Intelligence artificielle s’impose elle aussi comme une tendance majeure de l’année 2021.

Encouragées à la dématérialisation de leurs processus, nombre de sociétés pourraient ainsi investir dans les technologies intelligentes. En ligne de mire : l’automatisation de certaines tâches, mais aussi l’accompagnement du nombre croissant de télétravailleurs (pour des questions IT, par exemple).

L’industrie, elle aussi, pourrait étendre le développement de l’IA au-delà de la détection des défauts. L’objet de sa réflexion ? Le déploiement de robots dans les lieux nécessitant une présence physique (dans les usines, notamment).

Attention toutefois, car ici comme en matière de cybersécurité, le travail de pédagogie sera crucial.

En 2019, près d’un quart des Français percevaient l’Intelligence artificielle comme une menace. Non une opportunité.

L’éco-conception

À l’aube de l’année 2020, l’entreprise Microsoft déclarait vouloir être négative en carbone au terme de la décennie. Le constat, en effet, était alarmant : un an plus tôt, le numérique était responsable de 3,8 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Une empreinte environnementale dont on peut difficilement espérer qu’elle se soit améliorée au cours de l’année écoulée…

La raison de tous ces maux ? Une production d’équipements numériques en constante augmentation. Produits dont la fabrication est généreuse en gaz à effet de serre et consommatrice de métaux. Associé à une circulation des données en plein boom et à des légions de data centers au bord de la surchauffe, le cocktail est détonnant.

La conscience de ces enjeux, toutefois, est générale. Pressés par les signaux d’alerte qui s’allument de toutes parts, les acteurs du numérique s’activent à la recherche de solutions. Signe manifeste de ce virage, le domaine des ressources humaines se met en quête de nouveaux talents spécialisés dans le développement durable, et ce, dans tous les domaines : chef de projet éco-conception et recyclabilité, conseiller en transition neutralité carbone… Les exemples sont nombreux !

Source de motivation supplémentaire : la pression sociétale, voire politique. Face à des consommateurs et des dirigeants de plus en plus regardants sur les questions environnementales, les entreprises se doivent de miser sur l’éco-conception. Il en va de leur pérennité à long terme.

À n’en point douter, cette tendance sera, en 2021, l’une des lames de fond les plus puissantes du monde de la tech.

0 commentaires on Cloud, cybersécurité, IA et éco-conception : les 4 tendances tech de 2021