Si 2019 fut l’année du sacre du Cloud computing, 2020 et les suivantes seront sans conteste celles du Cloud hybride. Quelles sont les différences entre le Cloud computing et le Cloud hybride ? Qui sont les acteurs incontournables du Cloud hybride et comment influencent-ils le marché ? Les réponses à vos questions dans cet article.

Le Cloud Computing : rappel des connaissances

Qu’est-ce que le Cloud Computing ?

Les Canadiens l’appellent poétiquement « l’infonuagique », on pourrait le traduire en français par « l’informatique en nuage », le Cloud Computing (plus communément nommé le Cloud) est un ensemble de ressources et de services informatiques accessibles à des particuliers, des entreprises ou des collectivités, partout dans le monde et à n’importe quel moment. Ces services et données, synchronisés avec d’autres informations, sont accessibles à partir d’un fournisseur via Internet. En effet, la particularité du Cloud est d’être un service payant à la demande qui permet d’avoir accès à des ressources informatiques sans s’occuper de la construction et de l’entretien des infrastructures informatiques en interne.

Le Cloud Computing propose de nombreux services :

  • stockage
  • hébergement web
  • machines virtuelles
  • logiciels

la liste est longue…

On classe ces services en différents types :

  • IaaS : Infrastructure as a Service : serveurs, machines virtuelles, réseaux…
  • PaaS : Platform as a Service : plateforme complète sur lesquelles le client peut s’appuyer pour ses besoins. Exemple : la solution CRM de Salesforce.
  • SaaS : Software as a Service : applications à part entière à laquelle on accède à distance. Exemple simple : Outlook.com ou Gmail.com sont des clients de messageries en mode SaaS.
  • serverless : fonctionnalités applicatives spécifiques. Exemple : Azure SQL Database serverless qui offre de la puissance de calcul à la demande pour SQL Server.

Avantages et inconvénients du Cloud

Cette technologie comporte de nombreux avantages comme :

  • Le libre-service offre au consommateur une capacité de stockage et une puissance de calcul à la hauteur de ses besoins et le paiement à l’usage lui permet un accès en fonction de ses moyens financiers.
  • La souplesse et l’immédiateté de ce système permettent de satisfaire et de moduler instantanément la demande.
  • La mutualisation des ressources favorise leur adaptation à la fluctuation des demandes et permet de réaliser ainsi de belles économies.

Cependant, un certain nombre d’inconvénients sont aujourd’hui pointés du doigt :

  • La sécurité des données est souvent remise en question face à l’utilisation des réseaux publics. L’utilisation du Cloud entraîne des risques de cyberattaques et des entraves à la confidentialité aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises.
  • La question du long terme est souvent évoquée : selon les experts, un accès continu et prolongé dans le temps entraînera inévitablement une augmentation du coût du service, avec une utilisation toujours croissante de la bande passante.
  • Un impact écologique significatif qui peut contribuer au réchauffement climatique dû à une consommation d’énergie toujours croissante. Rappelons que la 4G consomme 20 fois plus d’énergie qu’une connexion filaire et que sans 4G, point de Cloud, les deux vont de pair !

Le Cloud privé

Également appelé Cloud interne ou Cloud d’entreprise, le cloud privé est entièrement destiné à une seule entreprise, donc à un nombre restreint d’utilisateurs autorisés. Ce modèle permet aux entreprises de bénéficier des facilités de gestion, de contrôle et de sécurité du Cloud tout en privilégiant le libre-service, la rapidité et l’adaptabilité à la demande et au besoin de ressources. De plus, sur le Cloud privé, la sécurité et la confidentialité des opérations et des données font l’objet d’une gestion personnalisée, spécifique aux besoins de chaque entreprise. En revanche, les coûts générés (gestion, maintenance, personnel) par le Cloud privé en entreprise sont les mêmes que ceux d’une infrastructure locale.

Le Cloud public

Le Cloud public offre des services de calcul, de stockage et d’applications, fournis par un tiers, à la disposition du public via Internet. Ces services sont donc accessibles à toute personne souhaitant les utiliser ou les acheter. Les services du Cloud public sont accessibles dans la minute ou dans l’heure qui suit la demande et le paiement effectué. Certains services sont gratuits et, lorsque la prestation est payante, la facturation concerne uniquement les cycles des CPU, le stockage ou la bande passante consommés. Utilisé par de nombreuses entreprises, le Cloud public offre l’avantage d’une plus grande rapidité d’exploitation ainsi que d’une plus grande souplesse d’utilisation que le Cloud privé. Il coûte également moins cher puisque la gestion et la maintenance incombent au fournisseur de service Cloud et non plus au service informatique de l’entreprise. Les principaux fournisseurs de Cloud public sont Microsoft Azure, Amazon Web Services, IBM et Google Compute Engine. Le Cloud public a pourtant ses détracteurs, car sa fiabilité en termes de sécurité est souvent remise en cause malgré l’utilisation de systèmes de détection et de prévention des intrusions. La question de la confidentialité des données est souvent un sujet délicat : est qu’une entreprise américaine qui propose des services en France ne pourrait pas être contrainte de transmettre des informations confidentielles aux autorités américaines. Les fournisseurs de services de Cloud ont su répondre en implantant des Datacenter à plusieurs endroits stratégiques du globe pour s’assurer de la ségrégation des autorités compétentes.

Le Cloud hybride

Les particularités du Cloud hybride

Tout est dans l’énoncé : comme son nom l’indique, le Cloud hybride est un croisement entre le Cloud privé, le Cloud public et une plateforme On-Premise . Cette technologie présente l’avantage d’offrir une solution personnalisée aux entreprises en s’adaptant à leurs besoins spécifiques tout en leur garantissant un niveau de sécurité élevé. Adopter une solution hybride signifie mixer une plateforme On-Premise et une plateforme Cloud. En effet, certaines grosses entreprises disposent depuis longtemps de leur propre architecture informatique et décident d’y ajouter des services de Cloud pour répondre à l’évolution de leurs besoins en bénéficiant de cette fameuse élasticité inhérente au Cloud.

Qu’est-ce que qu’un système On-Premise ?

On-Premise signifie « sur site » en français. Depuis longtemps, de nombreux systèmes informatiques fonctionnent en On-Premise, c’est-à-dire que les logiciels utilisés par l’entreprise ont été achetés et installés sur ses propres serveurs qui constituent une infrastructure complète (serveurs de bases de données, serveurs d’hébergements, serveurs logiciels, serveurs de stockage…). Une infrastructure on-premise présente forcément un niveau de sécurité maîtrisé et donc en théorie maximal. Par contre cette infrastructure nécessite un entretien régulier : évolution du matériel, mise à jour de logiciel, patchs de sécurité. Les entreprises peuvent parfois choisir de continuer à utiliser des versions de logiciels devenues obsolètes ou bien sont contraintes à de nouveaux investissements pour procéder à des mises à jour avec des interventions des éditeurs. Là encore, on peut douter du côté économique de l’opération.

Les avantages du Cloud hybride

L’avantage d’un système hybride est de pouvoir utiliser plusieurs solutions à la fois. Une entreprise peut avoir plusieurs raisons de recourir à une infrastructure de Cloud hybride et y trouver de nombreux avantages :

  • La plateforme On-Premise nécessite beaucoup de temps de gestion : migrer une partie vers un Cloud hybride permet d’alléger cette contrainte.
  • Opter pour un Cloud hybride permet de continuer à garantir la sécurité et la confidentialité de ses données sensibles tout en bénéficiant de la flexibilité du Cloud pour répondre à de nouveaux besoins.
  • Les logiciels installés en Saas (Software as a Service) sont entretenus et gérés par le prestataire ainsi que ses mises à jours et nouvelles fonctionnalités.
  • Synchronisés, les deux types de plateformes (On-Premise et Cloud) communiquent entre elles de façon sécurisée pour un fonctionnement simultané et fiable.

Les acteurs du Cloud hybride en 2020

Voici les leaders du marché hybride en 2020 :

  • Microsoft Azure : précurseur dans le domaine, concilie son Cloud Azure avec son modèle historique autour de Windows.
  • AWS : Amazon Web Services
  • Google Cloud Platform
  • SoftLayer par IBM
  • Alibaba Cloud
  • Hewlette Packard Enterprise
  • Cisco System

Le marché du Cloud hybride

Le marché du Cloud hybride observe une croissance phénoménale en 2020 : on estime qu’il représente le segment le plus important, avec une progression de 16,5% par rapport à 2019, soit une estimation à 116 milliards de dollars pour l’année 2020. Le Cloud Azure de Microsoft devrait poursuivre son ascension impressionnante avec près de 20% de parts du marché. AWS (Amazon) reste leader du marché avec toutefois un taux de pénétration qui se stabilise sous les 40%.

Derrière ces deux géants du marché, les autres acteurs observent une croissance raisonnable sans parvenir toutefois à gagner du terrain, car la concurrence est rude et il n’est pas aisé de gagner ses galons de leader. Cependant, certains pourraient trouver une planche de salut grâce à l’edge computing, nouvelle forme d’architecture pour les environnements loT (Internet Of Things ou Internet des Objets). En effet, tous les indicateurs prédisent la montée en puissance des objets connectés dans les années à venir. C’est donc une niche à explorer et à ne surtout pas négliger. Pour contrer la concurrence, certains se positionnent différemment. IBM s’investit dans l’accompagnement de projets de modernisation applicative tandis que Google Cloud semble sur les starting-blocks pour achever sa conquête européenne : on murmure que l’ouverture d’une région Cloud en France serait imminente, après l’Allemagne, l’Angleterre, la Belgique, la Finlande et les Pays-Bas.

Pour conclure, on peut d’ores et déjà affirmer que, suite à la pandémie de Covid-19, le Cloud va certainement connaître un développement supplémentaire avec l’augmentation du travail à distance. Le Cloud est en passe de devenir un outil incontournable pour assurer la continuité des activités. Il ne paraît donc pas insensé d’affirmer que le marché du Cloud hybride a désormais de beaux jours devant lui.

0 commentaires on Comprendre le Cloud hybride